La femme qui répond au «salâm» d’un homme qui n’est pas son mahram. Shaykh Tchalabi

 

 

Question n°4 :

Question d’une sœur qui demande :

Qu’Allâh vous fasse miséricorde, Âmîn.

Concernant la femme quel est le jugement de répondre au salâm à un homme qui n’est pas son mahram ?

Bâraka Llâhu fykoum yâ sheykh, c’est à dire dans la rue ou dans l’allée (me semble t-il vous en aviez déjà parlé dans un des cours).

Tafaddal ya sheykh wa djazaakaLlahu kheyran.

Réponse :

Donc je dis, en principe ce n’est pas la femme qui commence, ce n’est pas la femme qui commence.

Mais si quelqu’un commence, les savants ont dit, alors dans ce cas, elle est obligée de répondre sauf s’il y a fitna.

Certains ont dit, si il y a fitna ; Elle a peur de la fitna pour elle et également pour l’autre, qu’elle réponde pas.

Mais si elle est loin de la fitna, elle sait qu’elle a l’habitude d’y répondre, c’est juste un voisin ou quelqu’un d’âgé ou quelqu’un de très jeune ou quelqu’un,… Il n’y a aucun mal à y répondre بإذن الله تعالى.

 

Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy – الشيخ أبو عبد الله محمد

Question posée par Bint Uthman – Gérante du site Dourouss As SalafiyattLe samedi 19 Safar 1438 – 19 Novembre 2016 Questions/Réponses Paltalk «Lecture du Kitab Les Trois Fondements»

Separator image Publié dans Femme.